Les Amis de Robert Margerit
Cahiers Robert Margerit n° X (2006 - 312 pages)
Sommaire


01 – Préface de Jean Colombier : «Novice ou confirmé, talentueux ou non, à la retraite ou à venir, un écrivain mérite-t-il de mourir ? […] Il y a beaucoup de façons de faire disparaître un écrivain, un peintre, un musicien. Notre société s’y entend pour tout araser, pour endormir les consciences par le pain et les jeux.»


Études margeritiennes :
consultez en intègralité chaque texte de cette rubrique en suivant le lien


02 – Une lecture du journal de Robert Margerit.
Deuxième partie 1955-1967 : Une maturité inquiète, Jean Vergnaud poursuit son analyse suivie d’extraits du Journal numérotées de 1 à 27. On va découvrir un Margerit pestant contre la maladie, contre les femmes et parfois méchamment, contre lui-même et ses écrits. Il est à la veille de son effort démesuré : écrire La Révolution. Les instants de bonheur sont rares. Jean Vergnaud en a déniché un: «Pris un immense plaisir, voluptueux, comblant, à dépeindre le spectacle que Claude a sous les yeux en se rasant. » Le masochisme du soir l’a-t-il emporté sur la joie d’écrire et de créer ?

03 – Écriture de l’intime et intimité de l’écriture, André-Guy Couturier Décidément, les journaux intimes ou non de Robert Margerit fascinent nos commentateurs qui n’en peuvent plus de s’interroger sur un personnage passant du flegme aristocratique à l’angoisse existentielle, ne semblant pouvoir sortir du mal être que par l’écriture qui lui permet de vivre des milliers de vies, avec cette étonnante réserve : «Toute sa vie on refait le même livre pour faire le livre qu’on ne peut pas faire.»

04 – Margerit et les Girondins, François Gilardi : «Robert Margerit n’aimait pas les Girondins, et surtout la plus séduisante d’entre eux, madame Roland: je la guillotine demain…» Malgré les variations de l’Histoire (le lecteur d’aujourd’hui n’a plus le regard de Mathiez), pour François Gilardi : «la Révolution racontée par Margerit reste une histoire fantastique.»

05 – Images d’une héroïne: de la réalité aux mythes, Jean-Marie Maumy Par un été torride, c’est un projecteur braqué sur Geneviève Bléhaut, la femme idéale pour Robert Margerit, celle qui dispense ses charmes sans considération d’âge ou de sexe. Jean-Marie Maumy est à la recherche de ses grandes soeurs d’amour qui n’ont pas de pêché originel dans leur hérédité. La première serait Lilith, fille de Satan pour Victor Hugo ou Maupassant, suivie de Circé la magicienne.

06 – Robert dans les marges…rit, Claire Sénamaud: «Vous ne pouvez pas écrire? Eh bien! Écrivez!» enseignait Wittgenstein qui s’y connaissait en piège du langage. Claire nous fait découvrir un Margerit en récréation, inventeur d’un dictionnaire facétieux, grand amateur de contrepèteries. Un espiègle ignoré. Merci, Claire—Il était aussi cela—.

07 – Ce cher époux… Élisabeth Bollinger. Un tableau peut en cacher un autre ; une dame austère en ses habits d’antan est forcément nue sous sa robe ; tout comme la vieillesse est fille de la jeunesse, et le dévergondage, père de la sagesse. Sacré Rodolphe ! Pardon, Robert !

08 – Les Gondinet, «Lorsque les Limougeauds, amateurs de théâtre lyrique, vont applaudir Lakmé, combien savent qu’ils applaudissent l’oeuvre d’un de leurs compatriotes ?» Le livret de Lakmé est, en effet, d’Edmond Gondinet fonctionnaire et écrivain comme Huysmans et Courteline. Vaudevilliste (demandons plus à l’impôt et moins au contribuable), il fut ce mystérieux monsieur René qui arracha à la misère les habitants d’un village. Un autre Gondinet, Michel, avocat fou de sport, fut le premier Français à traverser la Manche pour défier le rugby britannique.

09 – Mont-Dragon, «Ôtez ce vêtement qui dérobe votre beauté à mes regards…» Ainsi parlait Dormond à madame de Boismênil et en cinq pages, l’effeuillage du bord de l’étang piqueté par les étoiles s’accomplit. (réédition de «l’ouvrage obscur qui avait enthousiasmé Julien Gracq. La Table ronde).


10 – Les Résistants du Bourg-d’Hem. Ils s’appelaient Marc Bloch et Pierre Maillaud et la commune du Bourg-d’Hem, en Creuse, peut s’honorer d’avoir abrité ces deux hommes qui deviendraient les deux plus célèbres résistants limousins, internationalement connus et dont on peut imaginer qu’ils auront pu, un jour ou l’autre de l’avant-guerre, se croiser dans une rue de leur même village, sans se connaître, sans se saluer, sans la prémonition de leurs exceptionnels destins. Textes de Daniel Dayen, président de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse ; et de Michel Augeard, ancien proviseur du lycée Pierre Bourdan à Guéret et Suzanne Valadon à Limoges et président de l’Association Pierre Bourdan-Maurice Schumann.

11 – Plumes de novembre, Jean-Louis Boudrie «Un jour viendra où la forêt vous aura livré quelques uns de ses secrets. »

12 – Tibou Lamou, nouvelle de Marc Formet «Une religieuse n’est pas une bonne soeur. »

13 – Dans le prisme d’une Uzerchoise amie de Margerit, Marielle Sassi Un texte sobre et sans fioritures. Au demeurant, pourquoi enjoliver ? La narratrice, uzerchoise, met en place les pions de ses souvenirs. Études margeritiennes consultez chaque texte dans sa totalité en suivant le lien Et l’on retrouve la vieille servante des de Beauvoir, donc de Simone ; et la famille Aguila, qu’un prénom, celui de Cueco a rendu célèbre ; et Claude Duneton qui laissa lentement mûrir ses talents ; et Richard Millet, gloire du Plateau, «qui ne se fait pas que des amis» ; et Jean Margerit, professeur de dessin et frère de Robert.

14 – Éloge du papier, du Textile au Texte, Claire Sénamaud. Mieux que la lyre, c’est le délire après une visite au Moulin du Got. À apprendre par coeur.

15 – Histoire, juin 1944, Gilbert Beaubatie. La population tulliste n’est pas la seule à avoir subi les sévices de la horde sanguinaire qu’était la Das Reich de Lammerding.

16 – Les frères Tharaud, témoins de la colonisation au Maroc, Thierry Granet. C’est après une longue traversée de l’Espagne qu’ils arrivent presque en guenilles à Casablanca le 26 juin 1917 pour un premier séjour au Maroc qui va durer jusqu’au 7 mai 1919 : «Islam, Islam, qu’il est donc difficile de pénétrer dans ton mystère.»

17 – Freyssinet : un nom pour un pont, Roger Kenette. Inventeur du béton précontraint, constructeur de ponts, ancien de Polytechnique et des Ponts-et-Chaussées, Eugène Freyssinet est né à Objat en Corrèze. Il a appris tous les métiers manuels au moulin de sa grand-mère avant d’affronter les Grandes Écoles et de devenir un très célèbre bâtisseur.

18 – Célébrations et célébrités. La très célèbre revue annuelle des Archives de France place trois limousins (ou apparenté) à son tableau d’honneur : Émile de Girardin, Alain Mimoun et Pierre Babaud de la Chaussade.

19 – La chronique des livres.
Dialogue entre Pierrette Fleutiaux et Roger Kenette.
Commentaires des Étoiles à l’envers, dernier ouvrage de Pierrette Fleutiaux.
Le Vice ou la vertue : Vichy et les politiques de la sexualité, Cyril Olivier.
Avec des « si» Journal étrange de Marcel Conche.
La Nouvelle diététique du cerveau, Jean-Marie Bourre.
Dans la forêt des songes, Jacques Lacarrière.
Guillaume Apollinaire, Anne Clancier.
Le Goût des femmes laides, Richard Millet.
La Chambre de la Stella, Jean-Baptiste Harang. Jouhandeau. Chaminadour.
Contes, nouvelles et récits, préface de Richard Millet.
Madâme, impossible conversation,John-Paul Lepers tente d’interviewer madame Chirac.
La Théorie des Pénitents,JeanColombier.
Dévorations, Richard Millet.
Le Syndicat des pauvres types, Éric Faye.

20 – Portraits : Jean-Pierre Sicre, par Robert Laucournet. Claude Duneton, par Marielle Sassi.

21 – La journée du patrimoine chez Robert Margerit, Claire Sénamaud.



Ces textes sont consultables sur place, à l’association.
Vous pouvez aussi commander ce Cahier, en suivant ce lien.



www.robert-margerit.com

Toutes illustrations d'après Robert Margerit